Il y a 100 ans, Québec ridiculisait Georges Vézina.


Vézina avec le Chicoutimi Hockey Club

Vézina avec le Chicoutimi Hockey Club

J’ai déjà lu quelque part que Québec avait manqué la première chance de mettre la main sur un jeune gardien de Chicoutimi, Georges Vézina. Mais en ce 30 décembre 1909, l’équipe de Québec a peut-être eu raison de ne pas avoir été impressionné par celui qu’elle a déjoué 7 fois dans une victoire de 7-3 contre Chicoutimi.

Un résultat différent aurait pu séduire l’organisation. Quelques jours plus tôt, les Bulldogs avaient perdu les services de leur as gardien, Paddy Moran, tenté par un contrat avec les All-Stars de Montréal.

Mais dans ce premier match « d’entraînement », les médias parlent en bien de celui qui est pressenti pour prendre sa relève, Harry Doddridge, un gardien amateur de Québec âgé de 27 ans.

50 jours après la rencontre contre Québec, le 17 février 1910, Georges Vézina blanchit le Canadien 1-0 à Chicoutimi.*

Le soir même, sous la recommandation du gardien perdant, Jos Cattarinich, le gérant du Canadien Georges Kendall lui offre un contrat qu’il refuse, pour finalement l’accepter, à temps pour la saison 1910-1911. Georges Vézina jouera 16 ans et 328 parties de suite avec le Canadien et donnera son nom au prestigieux trophée remis au meilleur gardien de but de la LNH.

Quant à Harry Doddridge, il ne disputera que 7 parties avec Québec sur 2 saisons, accordant en moyenne plus de 7 buts par match.

* Certains sites dont la page Wikipédia de Cattarinich parlent d’une victoire de 10 ou 11 à 5. Je n’ai trouvé aucun article d’époque sur cette partie.  Plusieurs de ses sites ajoutent que les Chicoutimi auraient aussi battu les Bulldogs 10 à 8 quelques jours plus tard, ce qui est peu probable puisque l’équipe avait cessé ses activités à ce moment. Si c’est le cas, c’était sans Malone, Power et cie…

About these ads

4 réflexions sur “Il y a 100 ans, Québec ridiculisait Georges Vézina.

  1. Bonjour,

    juste pour faire part que j’ai mis un petit liens vers votre site web dans notre page section Histoire.

    Bravo pour vos recherches, je viens de découvrir votre site et je crois qe je vais le consulter régulièrement.

    Salutation

  2. Voici quelques précisions sur les débuts de Georges Vézina…..effectivement les Bulldogs de Québec ont passé à côté mais ce n.était pas un inconnu pour eux comme pour plusieurs gens de Montréal et de Québec.

    Je pense aussi que d’affirmer que Georges Vézina a été découvert par le Canadien de Montréal lors de ce match relève plus du mythe que de la réalité. En effet dès 1906 ( la première saison de Vézina avec le club Chicoutimi) et les saisons suivantes celui-ci affronta des clubs seniors de Montréal et de Québec:

    25 Février 1906 : National de Montréal 3 Chicoutimi 4 à Chicoutimi
    10 Mars 1907 : Montagnard de Montréal 5 Chicoutimi 10 à Chicoutimi
    14 Mars 1909 : Bulldogs de Québec 7 Chicoutimi 16 à Chicoutimi
    29 Décembre 1909 : Bulldogs de Québec 7 Chicoutimi 3 à Québec
    20 Février 1910 : Canadien de Montréal 5 Chicoutimi 11 à Chicoutimi

    Il est donc très difficille de croire que Vézina était un pur inconnu dans les millieux du hockey provincial. Lors du début de la saison 1909-10 il y eut une brève guerre dans le monde du hockey senior ( ce qui contribura a la formation du Canadien de Montréal) entre deux circuits , la CHA et la NHA , qui mena a une fusion entre les deux le 15 janvier 1910. Ce qu’il y a d’intéressant c’est que dans un bref paragraphe daté du 11 Janvier 1910 ds le Quebec Chronicle ( un mois et demie avant le fameux match) il est fait mention de deux nouveaux joueurs pour le National de Montréal en vue de la partie du 15 Janvier a Québec ( partie régulière de la CHA) dont l’un est Georges Vézina. Cela est plausible car le gardien du Natioanl avait accordé 17 buts lors de son dernier match. Le match eu bel et bien lieu a Québec mais Georges Vézina ne joua pas…a t il refusé l’invitation ??? On ne le saura probablement jamais mais une chose est claire on pensait déja a lui. Peut être aussi que la fusion des deux circuits ( disparition du National et des Bulldogs de Québec ) retarda le début de la carrière de Georges Vézina dans un club senior de Montréal.

    Mais même si le match du 20 Février 1910 contre le Canadien n’a pas servi a  »découvrir » Vézina il a eu un impact majeur dans sa carrière car dans La Patrie de Montréal du 5 Mars 1910 ( à peine deux semaines plus tard ) on peut lire ce qui suit:  ».Le Canadien…..l’équipe locale, aura cinq nouveaux joueurs à sa disposition. Ce sont tous des gens de Chicoutimi. On les dit très forts et capables de triompher des visiteurs. » Aucun joueur de Chicoutimi ne participera au match. Dans La Patrie du 8 Mars suivant ( de même que dans le Québec Chronicle) on peut encore lire:  »Les Canadiens ont l’intention de mettre en ligne dans la joute contre les Wanderers, demain soir, quatre joueurs de Chicoutimi » .Encore aucun Chicoutimien ne participa à ce match. Les joueurs ont ils refusé l’invitation?? Rien ne peut être confirmé mais l’intérêt de Jack Laviolette se concrétisera finalement lors du camp d’entrainement suivant des Canadiens puisque Georges Vézina et son frère Pierre  » Pitre » seront présents. Pitre ne sera pas retenu mais il jouera un match pour les Canadiens un peu plus tard dans sa carrière.

    Georges Vézina et le club Chicoutimi avait déja une excellente réputation dans la province avant le match du 20 Février 1910 mais celui-ci décida Jack Laviolette a lui donner sa chance. Vézina ne la manqua pas jouant 367 matchs consécutifs avec le Canadien contribuant au début de la glorieuse histoire de ce club.
    En terminant je suis en faveur , tout comme vous, qu’on lui rendre un hommage encore plus visible dans l’aréna qui porte son nom.Ce ne serait que mérité.

    Guy Villeneuve
    Chicoutimi

  3. Il y a en effet plein d’infos contradictoires à propos de l’embauche de Vézina par le Canadien. Je m’en tiendrai donc aux preuves tangibles.
    Le Progrès du Saguenay du 24 février 1910 rapporte une victoire de 11-5 de Chicoutimi contre le Canadien. C’est le capitaine du Canadien, Jack Laviolette, qui l’a recommandé au directeur général Joseph Cattarinich. Ce dernier avait déjà affronté Vézina lorsqu’il s’était rendu à Chicoutimi pour y disputer un match hors-concours quelques années plus tôt (1905 je crois).
    Cela dit, je doute fortement que Cattarinich se soit rendu à Chicoutimi en 1910. Il avait déjà accroché ses jambières pour devenir dg et avait été remplacé par Teddy Groulx devant les buts. Le Canadien a offert un contrat à Vézina et son frère Pierre Vézina, qui ont préféré terminer l’hiver à Chicoutimi «pour des raisons d’affaires».

  4. Cattarinich n’a jamais affronté le club de Chicoutimi. En 1906 le gardien du National était Henri Ménard, celui qui a gagné la Coupe Stanley la même année avec les Wanderers de Montréal.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s