L’Aréna qui n’a pas été construit.


L’Aréna « Royal Roussillon » aurait 100 ans… (collection Joe Malone jr.)

Le Club de hockey Québec est de plus en plus à l’étroit en 1912.  Il est fréquent de lire des articles mentionnant l’érection éventuelle d’un Aréna pour remplacer le vétuste Skating Rink des Plaines d’Abraham, mais peu d’entre eux allaient jusqu’à publier un plan !  Je vous offre une traduction de ce texte,  dont la date précise de publication et la source demeurent indéterminées.

Le nouvel Aréna qui sera bientôt érigé à Québec deviendra un atout majeur aux activités sportives de cette ville. Situé convenablement près de la Grande Allée au bout de l’Avenue Royal Roussillon, ce bâtiment longera la rue sur 286 pieds par 162 pieds de large et sera doté d’une surface glacée de 84’ par 200’. Il accueillera environ 4000 spectateurs, ce qui est approximativement la capacité de l’Aréna de Montréal.

L’extérieur est de brique rouge et orné de pierre pâle. Son design est sobre, digne et adapté aux caractéristiques d’un tel bâtiment. Il y aura deux entrées sur la rue Royal Roussillon près des extrémités du bâtiment qui donneront accès à des halls, puis aux loges et aux galeries supérieures. Ces entrées séparées seront prévues pour les détenteurs de billets de saison d’un côté et les acheteurs de billets de match de l’autre, ce qui empêchera la confusion et les délais. Deux autres entrées seront situées de l’autre côté, sur la rue des Anges.

Une promenade de 8 pieds de large fait le tour de la patinoire et donne accès aux 22 loges situées du même côté. Les vestiaires des clubs, des locaux pour les femmes, etc  sont confinés sous les gradins. Le public pourra les utiliser pour les séances de patinage en soirée.

Le toit est supporté par des structures métalliques qui font la largeur de la patinoire.  De larges fenêtres au niveau supérieur permettent d’éclairer efficacement la glace en journée, alors que des lumières électriques seront disposées sous les structures métalliques afin de procurer un éclairage efficace en soirée.

Tous les sièges procurent une vue complète de la patinoire. Ces détails vont faire de ce bâtiment l’un des meilleurs du genre au Canada. Il sera conçu pour être utilisé au printemps et à l’automne pour des expositions de chevaux, des bazars, concerts et autres événements similaires, tout comme pour le hockey et le patinage.

Messieurs Ross et MacFarlane de Montréal  sont les architectes.

Cet édifice ne sera pas construit, mais sa description détaillée donne l’impression que le journaliste croyait vraiment à sa réalisation. L’éventuel emplacement me laisse encore perplexe car la « rue Des Anges », nommé « MC William » en 1913, n’est qu’une petite ruelle et la rue Royal-Roussillon ne semble pas exister encore, sinon à Limoilou (et loin de Grande-Allée), appelée de cette façon qu’en 1917.

Intéressant de voir la description complète des aménagements prévus, non ? Évidemment, ce n’est pas le nouveau Colisée, mais pour l’époque, la marche avec le Skating Rink était encore plus importante que celle franchie en 2012.

Les frères Dussault auront finalement le dernier mot, en avril 1913, en proposant et en érigeant l’Aréna du Parc Victoria, domicile des Bulldogs dès la saison 1913-14.