Le Québec veut rester dans la N. H. A.


Article du Devoir, quelques semaines avant le début de la saison 1911-12, celle de la première Coupe Stanley. Tous les différents Skating Rink de Québec ont toujours appartenu au Quebec Skating Club depuis 1851 et le hockey est à l’étroit dans se trop petit bâtiment. Il faudra deux conquêtes canadiennes pour inciter la Ville et le Club d’obtenir un aréna de qualité.

* * *

1911 10 09 quebec sortie de la ligue.pngLES MAGNATS DU HOCKEY A QUÉBEC DÉCLARENT QUE LA CAPITALE SERA REPRÉSENTÉE COMME PAR LES ANNÉES PASSÉES.

Québec, 9 octobre 1911.— La rumeur est venue de Toronto qu’il se fait des démarches pour éliminer l’équipe québécoise de la ligue de la N. H. A., mais ces ru­meurs n’effraient pas les membres du Quebec Hockey Club, comme le disait l’un des directeurs aujourd’hui.

Déjà les magnats de la National Hockey Association sont occupés de la prochaine saison, de même que tous les clubs qui font partie de l’Union, et mercredi prochain, il y aura une as­semblée de l’Association, au restau­rant Kastell, à Montréal.

Le club Québec sera représenté à cet­te réunion. Dès lundi soir, probable­ment. Il y aura une réunion du club qui choisira alors deux délégués pour se faire représenter à Montréal. Une des raisons que les adversaires du Québec invoquent pour le faire éliminer de la ligue est que ce club n’a pas de patinoir et qu’il lui faut se fier au bon vouloir des directeurs du Quebec Skating Club qui louent leur rond.

Un des directeurs du club Québec, a déclaré que s’il n’y a que cela, Québec sera dans la ligue, et il y sera. “Nous avons fait des arrangements qui sont pratiquement terminés et par lesquels notre club est sûr d’avoir le patinoir Québec à sa disposition pour les jou­tes. On nous fera des conditions rai­sonnables qui nous permettront de nous maintenir avec de bons joueurs. Et d’ailleurs, on est maintenant assu­ré d’avoir un Arena, dès l’an prochain “Cette saison”, a continué l’interlo­cuteur, “le club Québec aura tout pro­bablement cinq de ses joueurs de l’an­née dernière, et deux ou trois bons joueurs nouveaux qui ne seront certainement pas pour abaisser le niveau de l’équipe. Naturellement, il est un peu à bonne heure encore pour parler du choix des hommes, mais notre club ne sera pas pris au dépourvu quand le temps viendra de descendre sur  le rond.”

 

Publicités

Deux générations retrouvées…


1956 03 07 Paddy Moran et Gilles Tremblay

Le Soleil, 7 mars 1956

Le Soleil du 7 mars 1956 illustre un moment entre deux joueurs légendaires de Québec: Ludger Tremblay, le meilleur pointeur de l’histoire des As de Québec et Paddy Moran, le célèbre gardien de but des « Bulldogs ». Ce dernier allait être honoré, deux jours plus tard, sur la glace du Colisée, en tant que plus récent membre du Pavillon des Sports de Québec. Le dimanche 11 mars, une fête réunissant plusieurs de ses ex-coéquipiers, dont Joe Malone et Charles « Chubby » Power, viendra conclure « la plus belle semaine de ma vie » dira-t-il aux invités, dans un discours en anglais et en français, précise Le Soleil. Paddy sera intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1958. Il devient alors le deuxième joueur de Québec à obtenir cette distinction, après Joe Malone. Depuis, seul Patrick Roy s’ajoute à ce groupe aussi sélect que restreint.

Le Pavillon des Sports, créé en 1955 sous l’initiative de Jean Béliveau, intronisait ainsi son douzième et dernier membre, avant de disparaître. La Société d’Histoire du Sport de la Capitale Nationale tente depuis de faire revivre cette initiative.

1956 03 12 Paddy Moran célébré

Le Soleil, 12 mars 1956.

 

4 conférences le 14 janvier prochain


Une première pour la nouvelle Société d’histoire du sport de la capitale nationale dont j’ai l’honneur de présider : une journée conférence avec 4 thèmes :

  • Les « Bulldogs« , une conférence dynamique avec vidéo et quelques primeurs;
  • le baseball à travers l’histoire du Stade municipal de Québec avec Daniel Papillon;
  • une discussion avec le grand Maurice Filion (Remparts, Nordiques et Rouge et Or football)
  • une table ronde digne de la « Ligue du Vieux Poêle » avec Maurice Dumas, Réal Labbé et Gérard Potvin sur les sports et les athlètes qui ont marqué la grande région.

Aussi, cet événement réuni plusieurs collectionneurs et exposants spécialisés en sport. Une belle occasion de vendre, échanger ou faire évaluer vos objets précieux !

plus de détails à en cliquant ici

suivez-nous sur notre page Facebook ici.

Souvenirs du passé


photoscanbrliveauPhoto extraite d’un cahier souvenir dédié à Jean Béliveau, publié par Robert Desjardins en 1964. On y retrouve Jean de dos, au Colisée, discutant avec son ami Émile Couture de la Brasserie Molson. Au mur, la fameuse photo géante de Joe Malone et la plaque que la Ville a retrouvé puis restauré il y a quelques années. Elle est aujourd’hui perdue dans un couloir sans intérêt du Pavillon de la Jeunesse.

La question refait surface: Qu’est-il arrivé à la grande photo ?

Et tant qu’à y être, qu’est-ce que représente le cadre sur fond blanc derrière la tête du Gros Bill ?

La rue Joe-Malone


La rue Claude-Jutra disparaitra.

RUE JOE-MALONE

Joe-Malone ? J’aimerais avoir les arguments pour convaincre le Comité de toponymie et le  Comité de commémoration de la Ville.

Très peu d’athlètes ont reçu cet honneur à Québec.

Joe Malone était un homme bon. Il avait pour surnom « Gentleman Joe ». Il a été un capitaine aimé, adulé. Ses adversaires le respectait. Jusqu’à sa mort, on avait que des éloges à son égard, pour son style de jeu et sa personnalité. Il était, toute sa vie durant, un ambassadeur extraordinaire pour Québec.

En voici quelques lignes.

Joe Malone est né à Sillery en 1890 d’une famille qui illustre bien la réalité de l’époque : d’une maman nommé Marie-Louise Rochon et d’un papa mesureur de bois nommé Maurice Joseph Malone, Joe est franco-irlandais.

Vers 1904, Joe Malone et sa famille ont emménagé au 7, rue Racine à Québec, aujourd’hui le 734, rue Philippe-Dorval. Un épigraphe honore d’ailleurs sa mémoire sur ce bâtiment. Plus près du Quebec Skating Rink, mais aussi plus près de l’armurier Ross. C’est là qu’il gagnera d’abord sa vie, dès l’âge de 15 ans, en 1905 jusqu’à la fermeture de l’usine au printemps 1917.

Joe Malone a joué son hockey amateur et professionnel à Québec et l’aurait fait toute sa vie, n’eut été des multiples forfaits de son équipe, le Québec Hockey Club. En 1912, il refuse même un chèque en blanc de Lester Patrick à Vancouver qui aurait pu en faire le joueur le mieux payé au monde.

Joe Malone a été capitaine du Québec Hockey Club dès l’âge de 21 ans. Il les a mené à la conquête de deux Coupes Stanley. Il jouera 9 saisons complètes avec les « Bulldogs ».

Il prend pour épouse Mathilda Power (fille de Michael et Joséphine St-Hilaire) en 1916, en l’église St-Patrick. Leur premier enfant, Bernice Joséphine, est née à Québec en 1917.

En 1917, les Bulldogs en sabbatique et l’usine Ross Rifle fermée, il devient un joueur du Club de hockey Canadien de Montréal. Au centre de Newsy Lalonde et Dider Pitre, il établi une saison record de 44 buts en 20 parties jouées, pour une moyenne de 2,2 buts par match, une marque qui tient toujours.

Contre toute attente, il revient vivre à Québec la saison suivante afin de participer à la relance de l’usine Ross qui deviendra la North American Arms Co. Il s’entrainera à Québec la semaine et ne jouera que les samedis avec le Canadien, le tout premier et dernier joueur à temps partiel !

Il profitera des installations pour fabriquer ses premières lames de patins brevetées, les « Joe Malone Special », d’un alliage beaucoup plus léger et performant. Conçu à Québec, elles feront la loi pendant plus d’une décennie, endossées par des dizaines de joueurs de la LNH, tels Howie Morenz, Aurèle Joliat et Jack Adams.

Québec revient au hockey professionnel en 1919. Les Bulldogs terminent bons derniers de la LNH, mais Joe Malone remporte tout de même un autre championnat des compteurs avec 39 buts en 24 parties.

À Québec, le 31 janvier 1920, il inscrit sept buts dans un victoire de 10-6 sur Toronto. C’est un record presque centenaire qui tient toujours. Depuis, plus de 50 000 matchs ont eu lieu dans la LNH sans qu’un autre joueur ne répète l’exploit.

Il détient ou a détenu plusieurs records de la LNH. Celui du plus grand nombre de buts en une saison, soit 44 en 1918, n’a été battu qu’en 1945 par Maurice Richard, à son 42e match, faut-il le préciser.

De 1909 à 1924, il enfile un grand total de 401 buts en 307 matchs réguliers, de tournois et de séries de la Coupe Stanley. Le grand historien Charles L. Coleman lui consacre une place parmi les 5 meilleurs joueurs de l’époque 1893-1926.

Joe Malone avait de belles valeurs familiales et humaines, que sa famille respecte toujours. En 2013, son fils a poliment refusé la demande d’un commerçant de Québec qui voulait nommé un pub en son nom. « Mon père ne buvait pas et ne fumait pas, il n’aurait pas aimé être associé à ce genre de commerce ».

En 1950, il est élu au Temple de la renommée du hockey, le premier Québecois à recevoir cet honneur.

Le 31 mars 1952, la Ville de Québec lui présente une plaque pour l’en féliciter, sur la glace du Colisée avant une partie des As et de Jean Béliveau, son joueur préféré. « On me dit qu’il joue comme moi », disait-il. Élancé et élégant. Cette plaque est aujourd’hui au Pavillon de la Jeunesse.

Une bannière est aussi bien en vue au plafond du Centre Vidéotron.

En 1955, le Pavillon des Sports, un temple de la renommée du sport de la région de Québec voit le jour et Joe Malone fait parti des 11 premiers intronisés. L’initiative est de Jean Béliveau, alors représentant régional pour la brasserie Molson.

Il est aussi membre du Panthéon des sports canadiens, la plus haute distinction chez les athlètes au pays.

Il quitte définitivement notre monde le 15 mai 1969, victime d’un arrêt cardiaque, dans son lit à Ville St-Laurent. Le quotidien Le Soleil souligne grandement sa contribution.

Joe Malone, un fier ambassadeur de la Ville de Québec qui mérite bien le nom d’une rue, et même plus.

Parce qu’en 2012, on parlait aussi de la Place Joe-Malone devant le nouvel amphithéâtre.